Connect with us

Monde

« La Chine entre dans une période de contre-réforme au nom de la réforme »

Publié

le

« La Chine entre dans une période de contre-réforme au nom de la réforme »
édition abonné

« La Chine entre dans une période de contre-réforme au nom de la réforme »

La modification de la Constitution permettant à Xi Jinping d’être président à vie ouvre, paradoxalement, une période d’incertitude, estime l’universitaire chinois Lun Zhang dans une tribune au « Monde ».

Le Monde
|
|

Par


Tribune. Le 11 mars, l’abolition dans la constitution chinoise de la limite du nombre de mandats présidentiels marque de manière symbolique la fin d’une période commencée il y a exactement quarante ans : en 1978, sur les ruines de la Révolution culturelle, la Chine entamait une réforme et une ouverture.

Désormais, si la réforme est toujours officiellement à l’ordre du jour et si nous pouvons encore voir apparaître certaines mesures techniques en vue d’une amélioration administrative et de la performance économique, l’âme de la réforme est bel et bien enterrée. La Chine entre dans une période de contre-réforme au nom de la réforme, dans une phase de « grande réaction historique » qui vise à faire table rase de cette réforme qui a libéré l’énergie de centaines de millions de Chinois et modifié en profondeur le paysage mondial.

Corruption hallucinante et inégalité sociale

Cet événement est une étape décisive de la tendance amorcée depuis cinq ans sous Xi Jinping. Certains Chinois n’hésitent pas à qualifier cette date de « 3.11 » (11 mars) faisant allusion au « 9.11 » (11 septembre [2001]) aux Etats-Unis.

Au cours de ces dernières décennies, malgré une ligne autoritaire sur le plan politique, la réforme impulsée par Deng Xiaoping a accordé beaucoup plus de liberté au peuple chinois par rapport à l’époque de Mao, d’où sa réussite mais aussi les crises que nous constatons tous de nos jours : en effet, les citoyens ne sont que des sujets incomplets possédant des libertés, des droits partiels dans la réforme.

Ainsi la corruption hallucinante et l’inégalité sociale marchent-elles de pair et empoisonnent-elles cette réforme qui a perdu progressivement le soutien de la population et sa vitalité. Les privilégiés contrôlent le pouvoir et les ressources, formant des groupes d’intérêt qui freinent le plus possible la mise en œuvre de véritables mesures de réforme. Le modèle de développement qui fonctionnait jusqu’à présent…

Source : http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/03/13/la-chine-entre-dans-une-periode-de-contre-reforme-au-nom-de-la-reforme_5270300_3232.html

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Top News

fr French
X