Connect with us

A La Une

Ce qu’il y a dans l’album posthume de Johnny Hallyday

Publié

le

Ce qu'il y a dans l'album posthume de Johnny Hallyday

Le destin de l’album posthume de Johnny Hallyday sera tranché ce jeudi 15 mars par le tribunal de grande instance de Nanterre. Cet album, sur lequel Johnny a travaillé presque jusqu’à la fin – son 51e album studio – est au coeur d’une âpre bataille judiciaire, entre les deux premiers enfants du chanteur, David et Laura, et son épouse, Laeticia. Mais loin des conflits autour du droit de regard sur ce disque, évoquons ce que l’on sait de sa teneur artistique.

> Du rock’n’roll

Yarol Poupaud, l’un de ses derniers guitaristes attitrés, et membre de sa garde rapprochée l’a déjà raconté, à la fin de sa carrière, Johnny Hallyday voulait, lors de ses tournées se rapprocher du rock de ses débuts: Chuck Berry, Eddie Cochran et les Beatles….

Cet album, qui comporte, selon nos informations, 9 chansons, a ainsi des sonorités très rock’n’roll. En témoigne d’ailleurs un court extrait que BFMTV a pu écouter. On y entend la voix de Johnny, puissante, mais aussi des guitares électriques et de la batterie.

“Ça sonnait rock, ça sonnait fort. Les grosses guitares, les énormes basses…” raconte à BFMTV le musicien Pierre Billon, proche du chanteur, qui a pu écouter les versions instrumentales des titres les plus rock. 

> Neuf titres

Sur les neuf titres que comporte cet album, trois sont des ballades. Les autres morceaux donc très rock et assez sombres, crépusculaires. L’une des chansons évoque le seuil de la mort et la rencontre avec le diable. Une autre a pour thème le pardon et s’adresserait plutôt à Laeticia qu’à ses enfants. Parmi les titres, Pardonne-Moi, Back in L.A. ou encore J’en parlerai au diable, coécrite par Johnny.

> En français

Tous les titres sont en français, même Back in L.A., signé Miossec. L’enregistrement de cet album dont on ne connaît pas le nom, a commencé en avril à Los Angeles, au studio Apogée et s’est achevé en France à la rentrée 2017, dans le studio Guillaume Tell à Suresnes où Johnny avait ses habitudes.

Il suffisait de “quelques prises pour chaque morceau”, se souvient un ingénieur du son du studio. “Tous les gens qui travaillaient avec lui depuis des années avaient l’air surpris et satisfaits par ses performances quand il était là”.

Maxim Nucci l’a produit, supervisé et arrangé. Yarol Poupaud, qui a réalisé l’album hommage On a tous quelque chose de Johnny n’aurait pas collaboré à cet album posthume.

Le guitariste apparaît pourtant sur une photo postée par Johnny Hallyday sur son compte Instagram, en mars 2017 et légendé “En studio pour un nouvel album”. Pour cet album, Johnny s’est entouré de musiciens américains et du guitariste britannique Robin Le Mesurier, qui le suit depuis 1994 et a participé à toutes ses tournées depuis.

La sortie de cet album est lié à la décision de justice attendue jeudi 15 mars. Laura Smet et David Hallyday ont saisi en référé le président du tribunal de grande instance de Nanterre afin de “prendre connaissance du projet d’album posthume” de Johnny Hallyday. La justice va devoir dire si la fille du chanteur est autorisée à voir ce projet et à écouter les maquettes. 



Source : http://people.bfmtv.com/musique/ce-qu-il-y-a-dans-l-album-posthume-de-johnny-1394606.html

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Top News

fr French
X