Connect with us

Pays de la Loire

Lactalis : un accord de mobilité signé pour les salariés de Craon

Publié

le

Le siège de Lactalis et l'usine de Craon en cours de perquisition ce mercredi 17 janvier 2018 / © PE Cally - France 3 Pays de la Loire

Le 31 janvier dernier, Lactalis annonçait l’arrêt d’activité de la tour de séchage n°1 sur son site de Craon. Cette tour de l’usine de Craon est à l’origine de la contamination à la salmonelle de millions de boîtes de lait infantile.

Le maillage territorial du Groupe doit permettre de préserver les emplois concernés par l’arrêt de la Tour numéro 1 de Craon

annonce Lactalis qui précise que cet accord est présenté dès ce vendredi aux salariés, “l’accord formalise les mesures et les moyens permettant de faciliter la mobilité géographique et professionnelle des salariés concernés. Il permet de proposer aux salariés de la Laiterie de Craon un emploi dans le Groupe et notamment dans l’un des sept sites industriels et logistiques situés dans un rayon de 50 kilomètres autour de Craon.”

Le Groupe travaille aujourd’hui à recenser tous les postes disponibles en CDI dans ces sites. 

“Ils représentent à ce jour 128 postes en CDI sur les départements du 35, 53 et 49. En complément, près de 100 autres postes sont à pourvoir en CDD.”, précise Lactalis, “pour accompagner les collaborateurs dans leurs démarches, l’entreprise a prévu des mesures de formation additionnelles qui seront effectives dès le premier trimestre 2018 et couvriront des formations diverses d’adaptation, de développement ou de reconversion.”

327 salariés travaillaient sur les deux tours de séchage du site de Craon. “77 collaborateurs n’ont pas été impactés. Une centaine d’autres ont d’ores et déjà acceptés des missions”, nous a précisé Lactalis.

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/mayenne/laval/lactalis-accord-mobilite-signe-salaries-craon-1420237.html

Lire la suite
Commentaires

Pays de la Loire

Loire-Atlantique en Bretagne ? La région bretonne prête à mettre 500 000 euros sur la table

Publié

le

© PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

Le débat fait toujours rage dans la capitale de Loire-Atlantique : Nantes fait elle partie de la Bretagne ? Si la question peut parfois prendre les airs d’une boutade, des élus ont bien l’intention de remettre le débat sur la table. 

Ils sont de droite et du centre, plutôt régionalistes et veulent aller vite. 

Le Télégramme relaie les propos qui se seraient tenus lors d’une session du conseil régional breton ce vendredi 16 février. Ce groupe aurait déposé un amendement pour débloquer 500 000 euros. 

Le tollé n’avait pas l’air d’être loin – la majorité a rejeté la proposition de création d’une nouvelle mission, reporte le Télégramme -, mais le président de la région les a pris au sérieux. 

S’il y a besoin d’affecter 500 000 € sur cette mission, on va les trouver ! Vous êtes co-présidente du groupe de travail, proposez-moi !”

aurait déclaré Loïg Chesnais-Girard en s’adressant à Isabelle Le Bal, Quimpéroise élue “Le choix de la Bretagne”, et évoquant un groupe de travail présidé par Jean-Michel Le Boulanger. Sous condition que les Pays de la Loire en fassent autant.

Quid des Pays de la Loire ? 

Concrètement, la réforme constitutionnelle pourrait être l’occasion rêvée. François de Rugy, Nantais, député de Loire-Atlantique, et désormais président de l’Assemblée, est considéré comme un partisan de la réunification de la Bretagne et défenseur des langues régionales. Selon le Télégramme, un courrier lui aurait été envoyé pour rencontrer les Bretons au plus vite. 

Il y a une révision de la Constitution, on lui dit chiche !

De son côté, François de Rugy évoquait en novembre 2017, dans les colonnes de 20 minutes la ratification de la Charte des langues régionales. Il avait aussi déclaré : 

On ne va pas refaire la carte des régions une énième fois, mais il y a des corrections à apporter. Je plaide fortement dans ce sens. Pour l’Alsace, mais aussi pour l’ouest et le centre. Entre la Bretagne, les Pays de la Loire et pour la région Centre-Val de Loire : de ces trois régions, il faut en faire deux. 

A noter que dans le même temps, les questions régionalistes sont à l’ordre du jour pour le gouvernement, avec la situation de la Corse en tête de gondole.

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/loire-atlantique-bretagne-region-bretonne-prete-mettre-500-000-euros-table-1425797.html

Lire la suite

Pays de la Loire

Parcoursup : à Angers, la filière psychologie serait la seule filière sous tension

Publié

le

© France 3 Pays de la Loire

L’ordre de priorité sera fait en fonction du projet professionnel de l’étudiant et de son parcours initial

Comme le gouvernement Christian Robledo, président de l’Université d’Angers, ne parle pas de sélection mais d’ordre de priorité, concernant les nouvelles modalités de recrutement dans le supérieur. A l’occasion des portes ouvertes de l’Université d’Angers, son président a accepté de répondre à nos questions. 
Après les déboires d’APB à l’été 2017, l’Université d’Angers s’était vue contrainte “d’ouvrir les vannes de la filière psychologie” notamment. Pour la rentrée 2018/2019, cette filière pourrait aussi être la plus concurrentielle pour les étudiants. A la différence qu’ils ne passeront plus par APB, le portail d’orientation en ligne a été remis à plat. En passant, c’est toute une réforme de l’entrée à l’université qui a été pensée. 

10 vœux émis par les étudiants sans ordre de priorité 

A la différence de l’ancien système, les futurs étudiants sont restreints à 10 choix sur le portail en ligne. Ceux-ci ne sont pas classés par ordre de priorité – ce qui permet de prendre une décision éclairée, une fois toutes les réponses des établissements tombées. 

De leur côté, les universités recruteront désormais avec comme priorité l’insertion sur le marché du travail. Comme l’a dit Christian Robledo, les ambitions professionnelles passeront en premier plan. Le lycéen devra imaginer plus précisément la façon dont il veut se lancer dans la vie active.

Pour certains réfractaires, cette réforme demandent un choix précipité à ces très jeunes adultes. Ils critiquent aussi une course, à tout prix, à la professionnalisation. 

L’Université d’Angers est reconnue pour ces techniques d’enseignement innovantes. Elle se situe dans le haut du panier des établissements avec un taux d’échec en licence particulièrement bas.

Christian Robledo avait répondu aux questions d’Olivier Rollot en novembre 2017. Plus d’information sur sa vision de l’enseignement ici

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/maine-et-loire/angers/parcoursup-angers-filiere-psychologie-serait-seule-filiere-tension-1425719.html

Lire la suite

Pays de la Loire

Angers SCO : le groupe retenu pour jouer l’AS Saint-Etienne

Publié

le

© France 3 Pays de la Loire

Le groupe angevin

Gardiens : Ludovic BUTELLE (16), Mathieu MICHEL (1).

Défenseurs : Yoann ANDREU (3), Abdoulaye BAMBA (25), Vincent MANCEAU (29), Romain THOMAS (24), Mateo PAVLOVIC (4), Ismaël TRAORÉ (8).

Milieux : Pierrick CAPELLE (15), Angelo FULGINI (23), Thomas MANGANI (5), Prince ONIANGUÉ (6), Jeff REINE-ADELAÏDE (22), Baptiste SANTAMARIA (18), Flavien TAIT (20).

Attaquants : Baptiste GUILLAUME (19), Karl TOKO EKAMBI (7), Thomas TOURÉ (27).

Le groupe stéphanois

Gardiens de but : Anthony MAISONNIAL ; Stéphane RUFFIER ; Jessy MOULIN.

Défenseurs : Kévin THEOPHILE-CATHERINE ; GABRIEL SILVA ; Loïc PERRIN ; Mathieu DEBUCHY ; Neven SUBOTIC ; Ronaël PIERRE-GABRIEL.

Milieux de terrain : Vincent PAJOT ; Yann M’VILA ; Assane DIOUSSE ; Rémy CABELLA ; Ole SELNAES ; Azevedo HERNANI.

Attaquants : Paul-Georges NTEP ; Jonathan BAMBA ; Romain HAMOUMA ; Kévin MONNET-PAQUET ; Robert BERIC.

Une polémique enfle autour du prix des places

Les supporters s’insurgent. Le prix des places pour le match SCO/ASSE démarre à 26.70 euros pour un tarif standard, contre 10 euros pour le match de ce dimanche, FC Nantes OGC Nice, à Nice. En cause : la tribune Colombier réaménagée du stade Raymond Kopa.

Après 8 mois de travaux, le stade doit rentabiliser les 6,3 millions d’euros de travaux, financés par la ville d’Angers selon Ouest-France. La tribune a rouvert samedi 10 février au soir à l’occasion du match de football de Ligue 1 opposant Angers-SCO à l’AS Monaco. Elle peut désormais contenir 4447 places assises et abritées. C’est 1000 de plus qu’auparavant.

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/angers-sco-groupe-retenu-jouer-as-saint-etienne-1424849.html

Lire la suite

Top News

fr French
X