Connect with us

Sports

JO 2024 : La fédération veut un héritage pérenne – Equitation

Publié

le

Equitation - Patrick Issert - La Fédération d


Equitation


JO 2024

Publié le | Mis à jour le

Un rapport récemment rendu public par le ministère des Sports (*) conclut à la faisabilité des épreuves d’équitation à Versailles dans le cadre des Jeux de Paris 2024. Gros émoi côté fédération française où un projet alternatif est en gestation.

La Fédération d’équitation voudrait un autre site que Versailles. (S.Boue/L’Equipe)

Bien sûr, ils ne veulent pas en parler ouvertement. Mais dans les couloirs de l’AccorHotels Arena de Paris, cadre des finales de Coupe du monde de dressage et de saut, les langues – et pas des moindres – se délient parfois. «Versailles, c’est l’image d’un élitisme supplémentaire dont l’équitation n’a vraiment pas besoin, alors que nous essayons depuis des années de nous adresser à un public plus large, soupire un haut hiérarque de la FFE. Le coût annoncé est de 35 millions d’euros. Mais il est très en dessous de la réalité. La facture finale sera probablement plus proche du double.» A titre de comparaison, les Jeux équestres mondiaux organisés en 2004 à Caen et dans la région avaient coûté la bagatelle de 78 millions d’euros dont 40 d’argent public.

«En outre, assure une autre source, une fois les épreuves terminées, il ne restera rien. Or, nous étions sur la base d’un projet pérenne au début de la phase de candidature de Paris pour les JO 2024. Il n’y a plus rien de cela dans le projet actuel d’implantation à Versailles. Il n’est pas possible de s’en satisfaire.» Jusqu’à la fin de la phase de candidature, «nous sommes volontairement restés discrets. Pas question de risquer de faire perdre le dossier parisien, reprend “Gorge profonde 1”. Mais depuis septembre, Paris est désigné …»

Des projets alternatifs

Un rapport récent fait état de risques de dépassements des coûts et de retards dans la construction des infrastructures pour les JO 2024. Il évoque également la possibilité de changements de sites pour certains sports, mais pas l’équitation. «Au cours de la phase d’élaboration de ce rapport, nous n’avons été consultés à aucun moment, tempête une troisième source. La seule chose qui les intéresse, c’est la belle photo : “Versailles, ville royale accueille le monde du cheval'”.»

Aussi, la fédération française planche-t-elle sur un projet alternatif. «Il existe d’autres options, autrement plus intéressantes pour le développement de l’équitation. Des sites tels que Fontainebleau, Longchamp, Chantilly, Grobois, Jardy ou encore Lamotte-Beuvron, révèle notre haut hiérarque révolté. Par exemple, le dossier Longchamp devrait être bouclé le 15 mai prochain, avec notamment l’idée du cross (épreuve de concours complet) dans le Bois de Boulogne. On ne veut pas spécialement pousser un site plus que l’autre. En revanche, nous voulons un véritable héritage pour l’équitation. C’est ce message-là que nous tentons de faire passer auprès de nos interlocuteurs : comité d’organisation et ministères…»

(*) Risques de délais et de coûts concernant certaines opérations majeures prévues pour les Jeux olympiques et Paralympiques 2024.


P. I.



Source : https://www.lequipe.fr/Equitation/Actualites/Jo-2024-la-federation-veut-un-heritage-perenne/893099#xtor=RSS-1

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Top News

fr French
X