Connect with us

Monde

Après les frappes en Syrie, l’amertume des opposants

Publié

le

Article sélectionné dans
La Matinale du 15/04/2018

Découvrir l’application

édition abonné

Après les frappes en Syrie, l’amertume des opposants

Nombre d’opposants au régime de Bachar Al-Assad ont observé les bombardements contre les sites de production et de stockage d’armes chimiques avec des sentiments mêlés.

Le Monde
|
|

Par

Un soldat syrien éteint les flammes dans les décombres du Centre d’études et de recherches scientifiques (SSRC), à Damas, le 14 avril.

« Imaginer que les frappes occidentales pourraient infléchir le cours du conflit, c’est comme imaginer que l’on pourrait soigner un cancer avec une aspirine. » Cette formule imagée est de Rabie Nasser, le directeur d’un centre d’études syrien, installé à Beyrouth (Liban). Comme la plupart des opposants au régime d’Assad, cet exilé a observé les bombardements du samedi 14 avril, contre les sites de production et de stockage d’armes chimiques syrien, avec des sentiments mêlés.

S’il se félicite que les missiles américains, français et britanniques aient réaffirmé l’interdiction de l’emploi de substances toxiques sur les théâtres de guerre, il rappelle aussitôt que « 95 %, et même plus, des civils syriens tués dans le conflit, l’ont été par des armes conventionnelles et non chimiques ». Selon lui, même à supposer que les capacités des forces gouvernementales dans ce domaine aient été durablement endommagées ou que l’intervention des alliés dissuade Damas de refaire usage de gaz létal, ce qui reste dans les deux cas à vérifier, « le rapport de forces reste très largement en faveur du régime et de ses alliés russe et iranien ».

Enième relance des pourparlers de Genève

« On aurait bien aimé que les frappes soient élargies à des bases militaires iraniennes ou à des symboles du régime, convient Abdul Ahad Astepho, membre de la Commission des négociations, le bras diplomatique de l’opposition syrienne. Ce régime ne fonctionne qu’aux menaces. »

Optimiste invétéré, cet opposant assyrien veut croire malgré tout que cette riposte, toute limitée soit-elle, marque le retour des puissances occidentales dans le jeu diplomatique syrien. C’est l’ambition affichée de Washington, Paris et Londres, qui ont déposé un projet de résolution devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, censé être discuté à partir de lundi.

Le texte réclame un cessez-le-feu durable, un mécanisme indépendant d’enquête…

Source : http://www.lemonde.fr/international/article/2018/04/16/apres-les-frappes-en-syrie-l-amertume-des-opposants_5285895_3210.html



Top News

fr French
X