Connect with us

Occitanie

Camion percuté par un TER à Saint-Médard. La signalisation était-elle suffisante ?

Publié

le

Le procès du drame de Saint-Médard, près de Rennes, le 12 octobre 2011, s’est ouvert ce lundi 16 avril, au tribunal correctionnel de Rennes. Selon des témoins, la signalisation au passage à niveau marchait. Mais était-elle suffisante ?

Les victimes étaient dans l’appréhension de le voir. Le chauffeur du poids lourd percuté par un train, le 12 octobre 2011, au passage à niveau de Saint-Médard, près de Rennes, comparaît depuis hier devant le tribunal correctionnel de Rennes, pour « homicides involontaires » et « blessures involontaires ». Il n’aurait pas vu le feu rouge clignotant, ni entendu le signal sonore.

>> Revivez l’ouverture du procès

Trois morts, 61 blessés

Son poids lourd a été percuté par le TER Rennes – Saint-Malo. L’accident a causé la mort, instantanée de deux passagères du train. Un troisième passager est décédé des suites de ses blessures, quelques jours plus tard. Soixante-et-une personnes ont également été blessées.

À l’arrivée des enquêteurs, « les feux de signalisation fonctionnaient. Les barrières étaient abaissées, l’une cassée. L’enquête de flagrance tend à montrer que le drame est causé par l’erreur humaine imputable au chauffeur du camion », selon un gendarme.

Le procès du drame de Saint-Médard, près de Rennes, le 12 octobre 2011, s’est ouvert ce lundi 16 avril, au tribunal correctionnel de Rennes. | Joel Le Gall

Ce chauffeur, un chef d’entreprise, rentrait d’un chantier de construction. Il se serait engagé, aurait vu la barrière en face de lui s’abaisser et aurait tenté une marche arrière, avec son semi-remorque, mais l’autre barrière l’en aurait empêché. Selon des témoins, le feu clignotait, la sonnerie tintait. Vingt-cinq secondes se sont écoulées, entre le moment où les signaux se sont mis en marche et le passage du train.

Trois autres accidents

Deux personnes morales, SNCF mobilités et SNCF réseau (ex Réseau ferré de France), sont également jugées dans ce procès. « Nous avons le sentiment que le principe de précaution n’a pas prévalu », estime un gendarme, membre de la section de recherche de Rennes. Avant le drame de 2011, trois autres accidents avaient eu lieu, au même endroit, en 2006, 2007 et 2010.

Le procès du drame de Saint-Médard, près de Rennes, le 12 octobre 2011, s’est ouvert ce lundi 16 avril, au tribunal correctionnel de Rennes. | Joel Le Gall

De nombreux camions franchissaient quotidiennement la voie ferrée, deux carrières se situant à proximité. Le passage à niveau était situé dans une courbe. La voie permettant son franchissement était étriquée. Dès 2009, un bureau d’enquêtes, indépendant, avait fait des recommandations pour faciliter le franchissement des poids lourds et leur croisement.

Mais les travaux n’ont été entrepris qu’après le drame de 2011. Le passage a été élargi. Un viaduc remplacera le passage à niveau. L’interrogatoire du chauffeur du camion ouvrira la deuxième journée de procès, ce mardi. 

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/camion-percute-par-un-ter-saint-medard-la-signalisation-etait-elle-suffisante-5701415



Top News

fr French
X