Connect with us

Monde

Syrie : l’axe Ankara-Moscou résiste aux frappes

Publié

le

édition abonné

Syrie : l’axe Ankara-Moscou résiste aux frappes

La Turquie récuse les déclarations du président français, Emmanuel Macron sur une « séparation » entre les deux pays.

Le Monde
|
|

Par

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et le ministre des affaires étrangères turc, Mevlüt Çavusoglu, à Ankara, le 16 avril.

Contrairement aux propos tenus, dimanche 15 avril au soir, par le président français, Emmanuel Macron, les frappes menées la veille par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni en Syrie n’ont pas « séparé » la Turquie de son partenaire russe. C’est ce qu’a assuré Mevlüt Çavusoglu, le ministre des affaires étrangères turc, lundi, à Ankara, lors d’une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

« Nous pouvons penser différemment, mais nos relations avec la Russie sont trop fortes pour être rompues par le président français », a expliqué le chef de la diplomatie turque. Les relations avec Moscou, a-t-il insisté, « ne sont pas une alternative » à celles qu’Ankara entretient avec l’OTAN, la France et les Etats-Unis. « La politique syrienne de la Turquie n’est pas d’être pour ou contre un autre pays », avait déclaré un peu plus tôt Bekir Bozdag, le porte-parole du gouvernement, rappelant que son pays menait une politique conforme à ses intérêts, lesquels peuvent différer de ceux de l’Iran, de la Russie ou des Etats-Unis.

Partenaire de la Russie et de l’Iran, mais officiellement hostile à son protégé, Bachar Al-Assad, et membre majeur de l’OTAN, la Turquie a salué les frappes menées en Syrie, estimant qu’il s’agissait d’une « réponse appropriée aux attaques inhumaines » du régime syrien contre sa propre population, selon le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Le Kremlin s’étant vigoureusement opposé à toute intervention contre le régime de Bachar Al-Assad, le soutien turc aux frappes pouvait avoir l’air d’un accroc au partenariat entre Ankara et Moscou. Il n’en est rien, martèlent les deux capitales, « la coopération florissante entre la Russie et la Turquie a survécu aux frappes », rapportait l’agence russe Tass, lundi.

« Gros contrats »

« Ce n’est un secret pour personne que les positions turque et russe divergent sur un certain…

Source : http://www.lemonde.fr/international/article/2018/04/17/syrie-l-axe-ankara-moscou-resiste-aux-frappes_5286412_3210.html



Top News

fr French
X