Connect with us

Occitanie

dix-huit mois de prison requis

Publié

le

Un homme de 37 ans était jugé ce lundi par le tribunal correctionnel d’Albertville (Savoie) pour avoir tué son chiot à coups de hache. Face aux magistrats, il a assuré vouloir l’euthanasier de « façon douce » et il a expliqué qu’il n’était pas « un délinquant ». Pourtant, l’enquête a révélé qu’il frappait aussi sa femme et ses enfants.

L’histoire est sordide. Ce lundi 16 avril, un homme de 37 ans a été convoqué devant le tribunal correctionnel d’Albertville (Savoie) pour avoir tué son chiot de trois mois à l’aide d’une hache. D’après l’enquête, l’individu est coutumier des actes violents. Il aurait ainsi frappé régulièrement sa compagne et leurs enfants, rapporte Le Parisien.

« Tu ne verras plus tes gosses »

Les faits remontent au 11 avril 2017 à Grignon. Ce jour-là, ce père de famille a roulé accidentellement sur la patte de son chiot. Sa femme a pris la décision de l’amener chez le vétérinaire. Alors que le spécialiste a évoqué une banale blessure, sans risque vital pour l’animal, le propriétaire aurait décidé de « l’euthanasier ».

Après être rentré à son domicile, il a expliqué à sa femme qu’il souhaitait l’achever. « Je voulais le tuer d’une façon douce », a-t-il assuré face au tribunal. Sa femme lui aurait pourtant expliqué : « Si tu tues le chien, tu ne verras plus tes gosses ». Malgré la menace de son épouse, l’homme a pris une hache et tué le chiot devant son fils de 11 ans. Il a ensuite enterré l’animal en forêt.

Il frappait femme et enfants

C’est sa famille qui a prévenu les gendarmes. « J’ai réagi comme ça car ma femme m’avait dit des choses atroces », a-t-il expliqué, sans pour autant exprimer des regrets : « Si je veux euthanasier mon chien, j’ai le droit. Je ne suis pas un délinquant. Je n’ai jamais été violent ».

Pourtant, l’enquête a révélé que l’homme s’en prenait aussi physiquement à sa femme et à leurs cinq enfants. « J’ai reçu des coups dans le ventre lorsque j’étais enceinte. J’ai perdu deux fois connaissance. Un de mes fils, handicapé, était devenu son souffre-douleur. Il l’a enfermé dans un placard, l’a frappé », a raconté son épouse.

Face à tous ces faits, le procureur a requis 18 mois de prison ferme mais le tribunal a ordonné une expertise psychiatrique de l’individu avant de se prononcer. Une nouvelle audience aura lieu le 24 mai prochain.

Source : https://www.ouest-france.fr/auvergne-rhone-alpes/savoie/savoie-il-tue-son-chien-la-hache-dix-huit-mois-de-prison-requis-5702493



Top News

fr French
X