Connect with us

Occitanie

Blocage de Rennes 2. “Un funeste gâchis d’argent public” pour le député Florian Bachelier

Publié

le

Le député LREM, Florian Bachelier, qualifie le blocage et les dégradations à Rennes 2 “d’un funeste gâchis d’argent public”. Il défend la loi ORE en rappelant que “c’est la fin de la sélection par le hasard. Qui peut aujourd’hui sérieusement dire que le système était sérieux ?”.

L’université Rennes 2 est bloquée jusqu’au 30 avril après un vote à main levée qui a réuni lundi plus de 3 000 étudiants. Estimez-vous ce vote légitime ?

À l’Université de Rennes 2, il y a 24 000 étudiants. Lors de cette AG, organisée dans des conditions discutables, il y avait 2000 personnes. Ce n‘est pas à moi de dire si ce vote est légitime. Mais ce que je constate, c’est qu’il pénalise l’immense majorité des étudiants et notamment les étudiants boursiers qui n’ont, eux, pas le luxe de perdre une année d’enseignement.

Je pense également à tous les professeurs et à tout le personnel, qui investissent toute l’année leur temps, leurs efforts et qui voient une nouvelle fois l’image de Rennes 2 dégradée. Dans cette affaire, chacun doit prendre ses responsabilités. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous résigner à l’inaction, qui pénalise les plus fragiles.

Les examens vont être reportés, le président de Rennes 2 va porter plainte pour dégradations… cela vous inquiète ?

C’est tout d’abord un funeste gâchis d’argent public, alors que nous avons la chance, en France, de bénéficier d’études quasi gratuites. Les casseurs s’en prennent à l’instrument d’émancipation par excellence. Au-delà, ce qui est inacceptable, ce sont les insultes à nos forces de l’ordre, dont je salue le professionnalisme et l’engagement sur des fronts autrement plus sérieux.

Je déplore avant toute chose la présence de groupuscules anarchistes ou extrémistes, qui s’en prennent d’abord à ceux qui nous protègent. Je pense également au personnel d’entretien, à tous ceux qui se lèvent tous les jours, toute l’année, pour offrir les meilleures conditions pour étudier. Ce sont eux qui vont passer des heures à nettoyer et à réparer des dégradations commises par quelques-uns au détriment de tous les enfants de l’école de la République.

Et cette nouvelle dégradation de l’image de Rennes 2 ne va pas contribuer à la nécessité et à l’urgence de voir l’université rennaise reprendre sa place et son ambition. C’est un dossier plus large auquel nous nous attellerons rapidement et avec détermination.

Comprenez-vous les inquiétudes autour de la loi Ore et cette sélection qui cristallise les mécontentements ?

Je peux entendre toutes les inquiétudes. Mais la loi ORE, c’est la fin de la sélection par le hasard. Qui peut aujourd’hui sérieusement dire que le système était sérieux ? Pour ma part, s’il y a une chose que l’université de Rennes m’a apprise, c’est de préférer le travail au hasard.

Nous investissons au demeurant un milliard d’euros sur la durée du quinquennat, soit 550 000 euros par jour sur 5 années, destinés à créer des places, financer des postes d’enseignants et mieux accompagner les élèves du lycée vers le supérieur. Nous faisons ce que nous avons dit : nous investissons comme jamais dans la connaissance, l’enseignement et la recherche, pour mieux aider et créer les conditions de la réussite. C’est cela que nous devons à nos étudiants. C’est pour cela que nous devons dépasser les postures conservatrices.

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/blocage-de-rennes-2-un-funeste-gachis-d-argent-public-pour-le-depute-florian-bachelier-5702844



Top News

fr French
X