Connect with us

Occitanie

mais où est la princesse Latifa ?

Publié

le

L’ONG Human Rights Watch demande aux autorités émiraties de révéler où se trouve la fille de l’émir de Dubaï. Cheikha Latifa bint Mohammed al-Maktoum a été capturée en mer dans la nuit du 4 au 5 mars après avoir tenté de fuir le pays.

Mais où est la fille de l’émir de Dubaï ? L’organisation Human Rights Watch a demandé lundi 7 mai aux autorités des Émirats Arabes Unis (EAU) – dont Dubaï fait partie – de « révéler immédiatement où se trouve Cheikha Latifa bint Mohammed al-Maktoum, et clarifier son statut juridique ».

« Le refus de fournir ces informations au sujet de la princesse, poursuit l’ONG, pourrait être considéré comme une preuve de disparition forcée, puisqu’elle aurait été vue pour la dernière fois alors que des autorités émiraties la détenaient ».

Digne d’un film d’espionnage

L’histoire est digne d’un film d’espionnage. Elle remonte au mois de février. Dans une vidéo devenue virale, une jeune femme au regard fatigué affirme s’appeler Latifa al-Maktoum, être la fille de l’émir de Dubaï, Cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, et s’être échappée de son pays, où elle aurait été emprisonnée durant trois ans après une première tentative de fuite en 2002. Cheikh Mohammed ben Rashid al-Maktoum, marié à six femmes, a trente filles. L’homme est également vice-président, Premier ministre et ministre de la Défense des Émirats Arabes Unis (EAU).

Latifa al-Maktoum explique avoir fui son pays pour « vivre librement » et raconte qu’elle vivait en permanence sous surveillance. Elle n’avait pas l’autorisation de voyager pour ses études, ni de conduire. La jeune princesse prétend qu’elle aurait même été droguée par des médecins dans un hôpital de Dubaï pour tempérer ses velléités de rebellion… Elle affirme aussi : « si vous regardez cette vidéo, ce n’est pas vraiment bon signe. Cela signifie que je suis soit morte, soit dans une situation très difficile. »

Elle poursuit : « tout ce qui compte pour mon père, c’est sa réputation, il est capable de tuer pour protéger sa réputation. Cette vidéo peut me sauver la vie. »

Interceptée le 4 mars par les autorités émiraties

Selon un témoignage recueilli par Human Rights Watch, les autorités émiraties ont intercepté la princesse Latifa le 4 mars, alors qu’elle tentait de fuir par voie maritime vers un pays tiers, et l’ont ramenée de force vers les Émirats.

Voici le récit de cette évasion, tel qu’il a été reconstitué par l’AFP. Avec l’aide d’une amie finlandaise, la princesse aurait réussi à quitter la ville-État pour embarquer discrètement au large d’Oman, sultanat voisin, sur un voilier américain piloté par un franco-américain au passé sulfureux. Mais pendant la nuit du 4 au 5 mars, dans les eaux internationales au large de Goa, le Nostromo est arraisonné par la marine indienne, ont raconté Hervé Jaubert, le propriétaire du bateau, et l’amie finlandaise, Tiina Jauhiainen.

« Nous avons été attaqués de façon militaire par les garde-côtes indiens, qui nous ont ensuite remis à des Émiratis présents », affirme Hervé Jaubert. Ce Français de 62 ans se présente comme un ancien agent du contre-espionnage français et avait narré dans un livre en 2009 comment il s’était échappé à la nage de Dubaï où il était accusé de malversations financières.

« Je l’ai aidée parce que c’est mon amie »

Pendant leur détention, les deux compagnons de la princesse sont interrogés. « Ils voulaient savoir quelle organisation était derrière tout cela. Ils ne pouvaient pas croire que j’avais aidé Latifa parce que c’est mon amie », explique la Finlandaise, qui a connu en 2010 la princesse à qui elle donnait des cours de capoeira.« Ils voulaient nous faire avouer que c’était un kidnapping, car selon leur définition, islamique, la femme même majeure ne peut pas donner son consentement, elle reste sous la responsabilité de son père », renchérit Jaubert. Il explique que c’est à cause de son livre publié en 2009 que la princesse l’a contacté : « Elle m’a imploré de l’aider ».« Cheikha Latifa, n’a pas été vue ni entendue depuis deux mois, ce qui soulève de profondes inquiétudes quant à sa sécurité et son bien-être », constate l’ONG. Le 18 avril, l’Agence France-Presse a rapporté qu’une source proche du gouvernement de Dubaï avait confirmé que la princesse Latifa avait été « ramenée » aux Émirats. Dubaï dénonçait alors publiquement l’exploitation d’une « affaire privée » par une « bande d’escrocs » et par le Qatar, avec lequel les Émirats sont diplomatiquement à couteaux tirés depuis juin 2017.

Sur les aspects financiers de l’opération, il affirme qu’il devait être indemnisé du prix du carburant pour le moteur du bateau. Dans un reportage de la BBC sur l’affaire, il a également déclaré qu’il aurait dû être payé, mais qu’il n’agissait pas pour l’argent. Au bout du compte, ils seront expulsés les 20 et 22 mars des Émirats. La princesse, elle, est toujours muette.

Un deuxième français, Christian Elombo, qui serait complice de la tentative de fuite, a été arrêté à Oman au début du mois de mars. Condamné à de la prison avec sursis, il a été expulsé début avril. Mais à peine arrivé au Luxembourg où vit sa famille, il a de nouveau été arrêté. L’homme fait en effet l’objet d’une notice rouge d’Interpol – recherche pour arrestation en vue d’extradition – à la demande des Émirats Arabes Unis. Cette notice précise qu’il est recherché pour « enlèvement », passible d’un emprisonnement à vie. Le parquet de Luxembourg attend toujours que les Émirats formalisent une demande d’extradition.

Source : https://www.ouest-france.fr/monde/emirats-arabes-unis/elle-tente-de-fuir-dubai-pour-echapper-son-pere-mais-ou-est-la-princesse-latifa-5747273



Top News

fr French
X