Connect with us

Occitanie

« Très fier de mes joueurs ! »

Publié

le

Les Herbiers se sont inclinés avec les honneurs face au PSG en finale de la Coupe de France. L’entraîneur des Herbiers Stéphane Masala a aimé la prestation de son équipe.

La finale de la Coupe de France 2018 a vu le Paris Saint-Germain dominer les Herbiers 2 buts à 0. Les Vendéenns ont vécu une soirée haute en émotion et repartent de Paris des souvenirs plein la tête. L’entraîneur des Herbiers Stéphane Masala a exprimé sa fierté en conférence de presse. 

Avec ce résultat, il doit y avoir beaucoup de motif de fierté, ce soir. Quel est le principal ? Le principal, c’était de voir mon équipe s’accroché autant. Les joueurs n’ont pas baissé la tête, ni les bras. On aurait même pu sur la fin, marquer ce petit but qui nous aurait fait énormément de bien. Je suis très fier de mon équipe, de mon groupe et de mes joueurs. Votre équipe a évolué assez bas avec une volonté de relance en première période. C’était différent en seconde période ? Quel était votre plan de jeu ? On a joué avec un bloc assez bas pendant une heure, car on voulait garder le ballon et faire tourner le chronomètre, afin de rester dans le match, et tenter, sur la fin, d’aller chercher un but pour faire douter le grand Paris Saint-Germain. C’est pour cela qu’à l’heure de jeu, on a fait deux changements avec des joueurs plus offensifs.

Quel a été le contenu de votre causerie, avant le match ? J’ai dit des choses très simples. Que le plus important était le terrain, la performance, et qu’il ne fallait absolument pas regarder notre adversaire et subir. C’est ce qu’ils ont fait, mais je peux vous assurer que voir ce match du bord du terrain, cela va très vite et j’ai pris un pied énorme à coacher cette équipe, à voir mes joueurs évoluer et aussi, les adversaires. Ils sont très rapides et ils arrivent à lire les situations à une vitesse incroyable. J’ai été impressionné par les appels des joueurs parisiens. C’est du très haut niveau. Il y a quand même eu match, ce soir, entre Les Herbiers et le Paris Saint-Germain… Il y avait une énorme différence entre les deux équipes, mais au tableau d’affichage, il n’y a que 2-0. Paris a manqué de réussite, mais c’est vrai que pendant un moment, je me suis même laissé penser que peut-être, c’était un jour incroyable et que l’on allait réussir à égaliser. Ils ont mis le deuxième et il n’y a pas photo entre les deux équipes. On aurait pu baisser les bras, mais cela n’a pas été le cas et à la fin, on aurait mérité de mettre ce but et ne perdre que 2-1.

C’était cela l’objectif. Marquer ce but en fin de match… L’idée était d’emmener le match dans une autre sphère… A l’heure de jeu, on était encore à 1-0 et je pense que si on avait marqué dès le début, on aurait pris une piquette. Au final, ce petit but, c’est ce qui va manquer… Pour finir en apothéose, pour mes joueurs et le public, finir sur un 2-1, cela aurait parfait. Mais honnêtement, c’était une belle soirée. Il y a des choses, des paroles, qui vous ont touché à l’issue du match ? Je me suis aperçu que dans le très haut niveau, les gens sont souvent très humbles. C’est que le cas des joueurs parisiens. Ils ont été très pros, car ils ont fait leur match. Il suffit de voir comment ils ont fêté leur premier but. Ensuite, ils ont été très disponibles, très accessibles. Ils ont d’ailleurs remis des équipements à mes joueurs. C’est la classe.

De son côté Guillaume Dequaire a avoué qu’il fallait très vite revenir à la réalité du National même si les joueurs avaient vécu leur plus beau souvenir. 

Guillaume Dequaire (défenseur des Herbiers) : « Ce terrain était magnifique alors on avait, bien sûr, décidé de jouer, comme on essaie de le faire en National. Malgré des pertes de balles, et une large possession en leur faveur, on a essayé de faire courir les Parisiens. On pense qu’ils ne voient pas la passe qu’on essaie de faire et puis en fait, ils la voient bien… Il restera que ce que l’on a vécu est magnifique, c’est ma première année ici et c’est beau ce qui se passe en Vendée. »

« Maintenant, notre gagne-pain, c’est le National : le match le plus important pour nous, c’est celui de vendredi à Béziers. Ce sera notre autre finale, Chambly était la deuxième, celle contre Paris étant vraiment à part. »

« Je retiens aussi la présence de toutes nos familles ici, car il n’y a qu’un ou deux joueurs vendéens dans l’équipe + le staff. C’est une fierté d’avoir joué pour eux qui bossent toute l’année pour pérenniser le club en National, pour tendre un peu plus vers le professionnalisme. »

« On ne reviendra pas ici, au Stade de France, ou alors en tant que spectateur. On aura vécu ce que certains pros de Ligue 1 ou Ligue 2 ne vivront peut-être jamais. Mais je n’oublie pas la Beaujoire. C’était plus petit, mais il y avait vraiment du rouge et du noir dans tous les coins du terrain. »

Michel Landreau (président des Herbiers) : « C’était un grand match de notre part, une grande soirée. L’apothéose. On a tenu la dragée haute au PSG, avec un peu de réussite, certes, mais aussi de la volonté et du discernement. Je suis fier de nos joueurs qui ont tout donné, en montrant une belle image du club, d’eux-mêmes, de ce qu’ils sont capables de faire.On sort la tête haute, fier de ce parcours qui va marquer l’histoire de la Coupe. On a eu de la peine à ressortir le ballon avant la pause, on a beaucoup couru, on a été mieux ensuite, sans quoi l’addition aurait pu être plus sévère. On est heureux d’avoir été à la hauteur de cette finale, devant ces milliers de Vendéens venus nous soutenir au Stade de France. C’était une ambiance exceptionnelle pour un soir qui l’était tout autant. On s’en souviendra longtemps. Merci au PSG d’avoir invité nos joueurs au Parc pour le deuxième match de la saison prochaine. » Sébastien Flochon (milieu et capitaine des Herbiers) : « On ressent une grande fierté, quand on sort de ce genre de match. On est très content parce qu’on a donné une belle image du football français, une belle image du National. Certains nous prédisaient l’enfer, une défaite sur un score fleuve… Alors, on est heureux de leur avoir apporté un démenti sur le terrain, d’avoir essayé d’embêter ces grands joueurs du PSG.On a souffert, mais on n’a rien lâché. On a pensé que les Dieux du foot étaient avec nous (en référence aux tirs sur le poteau et au but refusé de Mbappé). On restait dans le match et on est même parvenu à ressortir le ballon davantage, après la mi-temps. Sur un plan plus personnel, j’ai vécu un moment forcément spécial, en soulevant la Coupe avec Thiago Silva (le capitaine du PSG). Ça immortalise la soirée. C’était sympa. Il n’était pas obligé de le faire. »

Source : https://www.ouest-france.fr/sport/football/coupe-de-france/coupe-de-france-stephane-masala-tres-fier-de-mes-joueurs-5747736



Top News

fr French
X