Connect with us

Bretagne

Trafic de civelles : la justice alourdit les peines

Publié

le

Deux ressortissants chinois ont été condamnés ce lundi 7 mai à Bobigny à sept mois de prison et 30.000 euros d’amende pour leur implication dans un trafic de civelles. L’anguille est une espèce protégée dont la population s’effondre depuis 30 ans. Jugés en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis), ils avaient été arrêtés il y a quelques jours à l’aéroport de Roissy en possession de 60 kilos d’alevins d’anguilles, des civelles, d’environ 7 cm de long. Ils étaient enfermés dans des poches en plastique remplies d’eau.

Âgés de 35 et 42 ans, les trafiquants étaient en transit entre le Portugal et la Chine quand ils ont été fouillés par la douane. La valeur de la marchandise saisie est estimée à 30.000 euros.

L’anguille : une espèce animale en voie d’extinction

Selon l’Agence française pour la biodiversité, la population d’anguilles n’est plus que de 10% de ce qu’elle était dans les années 70-80. Depuis 2009, elle est classée comme espèce protégée par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.

L’exportation d’anguilles et de civelles est totalement interdite hors de l’Union Européenne et répond à des quotas stricts à l’intérieur de l’UE.

On est dans une situation de prohibition. Or qui dit prohibition dit trafic et spéculation

  Michel Vignaud, coordinateur sur les migrateurs à l’Agence française pour la biodiversité.

À la pression sur l’espèce liée à la pollution et au changement climatique s’ajoute une forte demande venue d’Asie, moins pour la consommer qu’à des fins d’aquaculture, en particulier au Japon. Résultat: un prix de 350 à 500 euros le kilo au sortir des bateaux, qui monte jusqu’à 1.000 euros le kilo auprès de mareyeurs en Espagne et même 3 à 5.000 euros en Asie.

Les saisies grimpent, les peines s’aggravent

2017 a marqué un record dans les saisies de civelles braconnées: une tonne, dont 520 kg en une seule prise en Gironde.
La Justice alourdit les peines pour tenter de dissuader les braconniers : prison avec sursis en décembre à Saintes et maintenant prison ferme à Bobigny ce lundi comme à Lorient en mars dernier.

Les procédures se multiplient. Rappelons que le braconnier encourt jusqu’à 50.000 euros d’amende et six mois de prison ferme, voire 2 ans en cas de trafic, et 7 ans s’il est en bande organisée.

Les populations de civelles et d’anguilles étroitement surveillées en Bretagne.

L’anguille classée parmi les poissons est un animal migrateur hors norme qui est capable de supporter des pressions énormes au fond des océans. L’anguille existe sans doute depuis des millénaires et peut-être même avant la dérive des continents puisqu’elle continue de se reproduire dans les fosses les plus profondes des océans. On n’a encore jamais observer les pontes mais seulement la remontée des alevins dans la mer des Sargasses pour ce qui concerne l’anguille européenne. C’est le Gulf stream qui leur fait traverser l’atlantique.

De la Vendée au Morbihan en passant par l’Ille-et-Vilaine, le braconnage est intense. Pourtant dans les Côtes d’Armor l’espoir renaît avec les comptages sur certaines rivières comme l’Urne et le Gouessant., comme le montre ce reportage d’Isabelle Rettig et de Fabrice Leroy de juin 2017.

Comptage de civelles dans la rivière du Gouessant

 

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/morbihan/lorient/trafic-civelles-justice-alourdit-peines-1472463.html



Top News

fr French
X