Connect with us

Nouvelle-Aquitaine

La mémoire de la traite négrière passe par l’hôtel Fleuriau de La Rochelle

Publié

le

Depuis 1982, le Musée du Nouveau Monde occupe sur plusieurs étages un hôtel particulier de La Rochelle.

10 mai : programmation spéciale sur France 3 en Nouvelle-Aquitaine

La rue Fleuriau donne sur la cathédrale de La Rochelle. En son milieu, un hôtel particulier à la porte bleu clair. Derrière, l’ancienne résidence d’un armateur rochelais, Aimé-Benjamin Fleuriau. Né en 1709, il part à 20 ans travailler pour son oncle à Saint-Domingue, cette île des Antilles que nous appelons aujourd’hui Haïti.

Année après année, l’homme prospère grâce au commerce, celui de denrées, de matériels et d’esclaves pour les négociants et producteurs établis sur l’île.

Le plan de la propriété d'Aimé-Benjamin Fleuriau à Saint-Domingue, datant de 1752 / © Musée du Nouveau Monde - La Rochelle
Le plan de la propriété d’Aimé-Benjamin Fleuriau à Saint-Domingue, datant de 1752 / © Musée du Nouveau Monde – La Rochelle

Fleuriau rentre en 1755 à La Rochelle, se marie, et achète en 1772 l’hôtel particulier qui porte depuis son nom. Un nom à jamais associé à la ville de La Rochelle, qui a participé à la traite négrière dès le milieu du 17e siècle et jusqu’à la Révolution française.

Aujourd’hui, le Musée du Nouveau Monde permet de mieux connaître cette époque, son économie, les relations de La Rochelle avec le continent américain, avec les Antilles. Comme l’explique Annick Notter, conservatrice du musée, un certain nombre de négociants rochelais armaient des bateaux pour la traite et se sont enrichis, largement, avec ce commerce négrier.

L’hôtel Fleuriau est à lui seul un témoignage de cette époque. Il recèle de tableaux, de sculptures, de gravures, d’objets d’art (notamment une arme d’apparat en argent réalisé à La Rochelle). Y sont évoqués les voyages de traite, les conditions de transports. Si vous levez la tête dans la salle de l’entresol, vous verrez des retranscriptions de registres qui détaillent les dates, les bateaux, l’armateur, la destination, le nombre d’esclaves embarqués, le nombre d’esclaves débarqués et le delta peut se chiffrer en centaines de personnes.

Certaines œuvres illustrent aussi le quotidien des familles rochelaises d’armateurs à l’époque. Comme ces portraits de jeunes filles, deux soeurs, accompagnées de leurs nourrices noires. La famille d’origine rochelaise résidaient aux Antilles, les portraits ont été réalisés à l’occasion d’un séjour en Charente-Maritime.

A gauche : "Portrait d'Anne Marie Grelier avec sa nourrice noire" (Anonyme - 1718)
A droite : "Portrait de Marie-Jeanne Grelier avec sa négrillonne" (Chanteloub - 1718) / © Collections du Musée du Nouveau Monde, La Rochelle
A gauche : “Portrait d’Anne Marie Grelier avec sa nourrice noire” (Anonyme – 1718)
A droite : “Portrait de Marie-Jeanne Grelier avec sa négrillonne” (Chanteloub – 1718) / © Collections du Musée du Nouveau Monde, La Rochelle

Musée du Nouveau Monde
10 rue Fleuriau, 17 000 La Rochelle
Tel : 05.46.41.46.50 – musee.nouveau-monde@ville-larochelle.fr – www.ville-larochelle.fr
Notez que ce 10 mai, le focus porte plutôt sur l’esclavage mais le musée possède aussi des sections sur l’Amérique du Nord, les tribus indiennes, le Brésil, et une librairie très riche pour en savoir plus tant sur l’histoire de l’Humanité que sur l’histoire de La Rochelle.

La Rochelle / Haïti : des liens très forts

“Les liens entre La Rochelle et Port-au-Prince sont considérables”, estime Jean-François Fountaine, le maire de La Rochelle. Cette année, pour la deuxième fois, le maire de la capitale haïtienne est venu assisté à la cérémonie marquant l’abolition de l’esclavage. Exceptionnellement cette année, Ascension oblige, elle a eu lieu le 9 mai sur l’allée Aimé Césaire, en présence des enfants et des associations de La Rochelle. C’est à (re)lire dans notre article :

En cette journée dédiée à la mémoire, nous modifions nos programmes pour vous proposer un après-midi d’histoire et de réflexion.
Dès 14h, vous pourrez voir le documentaire inédit La traite atlantique, Archipel de la mémoire, réalisé par Lise Baron et Julien Bossé. Coproduction What’s Up Productions / France Télévisions – France 3 Pays de la Loire
Cette diffusion sera suivie d’un débat enregistré le 4 mai dernier au Musée de la Mer de Bordeaux. Leïla Kaddour-Boudadi reçoit Christiane Taubira, Jean-Marc Ayrault, Viktor Lazlo et Eric Saugera.

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/la-rochelle/memoire-traite-negriere-passe-hotel-fleuriau-rochelle-1473027.html



Top News

fr French
X