Connect with us

Occitanie

« Le gouvernement fait preuve d’amateurisme »

Publié

le

Alors que l’intersyndicale de la SNCF a décidé de lancer, la semaine prochaine, une consultation pour demander aux cheminots s’ils sont “pour ou contre” la réforme ferroviaire, Yves Crozet, économiste des transports, juge que le gouvernement fait preuve d’amateurisme. Les concurrents seront pénalisés par les concessions qu’il a faites à la SNCF.

L’intersyndicale de la SNCF a décidé d’organiser un “vote-action” du 14 au 21 mai pour demander aux cheminots s’ils sont pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement. Selon l’économiste Yves Crozet, les concessions déjà faites permettent à la SNCF d’affronter sereinement la future bataille de l’ouverture à la concurrence.

La réforme du rail est-elle bien engagée ?Le gouvernement a choisi une tactique de guerre éclair pour changer les choses de façon assez forte : statut de la société, dette, concurrence… Or, il n’est pas le maître des horloges dans cette matière. Pour l’ouverture à la concurrence, il faut signer une convention collective, cela prend un an et demi à deux ans. Par ailleurs, on dit que la SNCF coûte trop cher, mais le Premier ministre est en train de distribuer les milliards. Il a dit que la reprise de la dette serait substantielle. Au prochain rendez-vous, le 25 mai, iI va être obligé d’aligner 30 milliards au moins. Le gouvernement fait preuve d’amateurisme.

La reprise de la dette peut-elle satisfaire les cheminots ?La CFDT ne s’accroche pas au statut car elle estime qu’il est impossible de mettre tous les salariés français au statut. Par contre, elle veut être sûre que la nouvelle société SNCF ne sera pas plombée par la dette. Le gouvernement doit trouver un élément pour faire sortir l’Unsa ou la CFDT de l’unité syndicale. Comme il ne peut pas le faire sur la convention collective qui n’est pas écrite, il veut le faire sur la dette.

Mise-t-il sur l’essoufflement ?Le mode d’action des grévistes leur permet de durer longtemps. La grève repose sur les conducteurs qui sont peu nombreux et aidés financièrement. Un million d’euros de dons ont été collectés.

La SNCF sortira-t-elle gagnante ?Elle est déjà gagnante. Les opérateurs concurrents vont devoir récupérer le sac à dos social. Imaginez que c’est le cédant qui décidera combien de personnes vont être transférées au nouvel opérateur. La SNCF va pouvoir transférer qui elle veut et pourquoi pas ceux dont elle ne veut plus. De leur côté, les élus régionaux seront extrêmement prudents. Si un président de région ouvre le TER à la concurrence, il aura son conseil régional envahi par les syndicats.

L’ouverture à la concurrence sera donc faible ?Elle sera marginale. En Allemagne, où le marché a été ouvert il y a vingt ans, seulement 20 % des trains régionaux sont passés à la concurrence et rien dans la longue distance. Alors que les charges sont bien plus faibles qu’en France.

Qu’aurait-il fallu faire ?La faute du gouvernement, c’est de se mettre en première ligne alors qu’il fallait dire à la direction de la SNCF : on va ouvrir à la concurrence, vous avez un an et demi pour rédiger une convention collective. C’est la direction qui aurait été en première ligne. Et ensuite, on aurait parlé de la dette.

Source : https://www.ouest-france.fr/economie/transports/sncf/reforme-de-la-sncf-le-gouvernement-fait-preuve-d-amateurisme-5751417



Top News

fr French
X