Connect with us

Sports

Adrien Hardy, vainqueur avec Thomas Ruyant de la Transat AG2R : «Vraiment une victoire de tous les deux» – Voile

Publié

le

Voile - Anouk Corge - Adrien Hardy et Thomas Ruyant (à gauche), à quelques milles de la ligne d


Voile


Transat AG2R

Publié le | Mis à jour le

Troisième en 2016, Adrien Hardy était attendu en vainqueur, ce jeudi soir à Saint-Barth sur la transat en double partie de Concarneau, le 22 avril. Associé cette fois à Thomas Ruyant, sur Agir-Recouvrement.

Adrien Hardy et Thomas Ruyant (à gauche), à quelques milles de la ligne d’arrivée. (L’Equipe)

Après un peu plus de dix-huit jours de mer depuis Concarneau, quitté le 22 avril, Adrien Hardy et Thomas Ruyant (Agir-Recouvrement) étaient en passe de franchir en vainqueurs la ligne d’arrivée à Saint-Barth, ce jeudi vers 19 heures locales (1 heure ce vendredi matin à Paris) de la transat AG2R-La Mondiale. Une belle revanche notamment pour Hardy qui avait vu le succès lui échapper si près du but en 2016 (3e). Déconvenue à laquelle le Nantais d’origine a avoué avoir pensé lors de l’ultime journée quand il s’est confié par téléphone à l’approche de la ligne d’arrivée dans le port de Gustavia, sous un soleil couchant et une foule venue en nombre. Leurs dauphins Sébastien Simon et Morgan Lagravière (CMB Performance) étaient attendus une bonne heure plus tard.

«Quel est votre sentiment si près de l’arrivée ?
Quand on voit les côtes, on se dit déjà qu’on est à peu près au bon endroit. On imagine qu’a priori on est les premiers sur la route, même si tout cela est encore virtuel mais ça prendra tout son sens quand on sera le premier Figaro (monocoque de 10,10m) à rentrer dans le port. Ce sera une grande satisfaction de se dire qu’on a fait la route la plus rapide.

Le spectre de 2016 (en tête avec Vincent Biarnes à 40 milles du but, il avait terminé 3e) est-il revenu si près de l’arrivée ou pas du tout ?
(Rires) C’est une bonne question. Ce matin, on s’est retrouvé derrière un nuage empêtrés dans les sargasses (algues), la vitesse est descendue à six nœuds, les autres étaient à neuf ou dix nœuds. En deux, trois heures ça peut se régler. Oui j’ai le souvenir en 2016 d’avoir fait une vacation, on nous parlait de victoire et on n’a pas gagné du tout. Donc, on est encore prudents. Pour cela que je dis que la victoire deviendra réelle quand on arrivera dans le port.

«En double c’est quand même particulier, il faut trouver les bons réglages, le bon binôme»

Après près de dix-neuf jours de mer depuis Concarneau êtes-vous cramés ?
Oui, on commence à être bien fatigués, il ne faudrait pas que ça fasse comme il y a deux ans, que ça dure une nuit de plus car on est fatigués, on n’a plus beaucoup d’eau à bord et à manger. On a essayé de vérifier la vitesse du bateau, la trajectoire, s’appliquer sur tout ça.

Que va représenter cette victoire pour vous ?
A la fin d’un chapitre du Figaro 2 (le Figaro 3 prendra le relais en 2019). C’est la dernière course avec ce bateau avec lequel pendant onze ans j’en ai fait près de cinquante. Des Solitaires du Figaro, des transats, des résultats bons et moins bons. Je suis très fier pour Agir-Recouvrement qui m’a soutenu, je suis fier pour moi. En double c’est quand même particulier, il faut trouver les bons réglages, le bon binôme. Là avec Thomas (Ruyant) on a réussi une performance tous les deux. C’est vraiment une victoire de tous les deux. C’est dur à deux d’être bien comme il faut, d’avoir le bon régime. On a réussi à être bien, à être exigeants.»


Anouk Corge, à Saint-Barth



Source : https://www.lequipe.fr/Voile/Actualites/Adrien-hardy-vainqueur-avec-thomas-ruyant-de-la-transat-ag2r-et-laquo-vraiment-une-victoire-de-tous-les-deux-et-raquo/900132#xtor=RSS-1

Lire la suite
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Top News

fr French
X