Carrefour restera français, car c’est déjà la présidentielle…

BUSINESS MODEL. Oubliés les grands sommets sur l’attractivité française et l’accueil à bras ouverts des investissements étrangers ? Bercy et l’Elysée ont renversé leurs priorités : ils préfèrent jouer la carte de la protection des groupes français en bloquant l’achat du distributeur par le québécois Couche-Tard. Avec une arrière-pensée à peine dissimulée : la campagne électorale de 2022.

Carrefour restera français, car c’est déjà la présidentielle…
BUSINESS MODEL. Oubliés les grands sommets sur l’attractivité française et l’accueil à bras ouverts des investissements étrangers ? Bercy et l’Elysée ont renversé leurs priorités : ils préfèrent jouer la carte de la protection des groupes français en bloquant l’achat du distributeur par le québécois Couche-Tard. Avec une arrière-pensée à peine dissimulée : la campagne électorale de 2022.