Rescapée d'un cirque, cette éléphante vit seule dans un zoo depuis 10 ans

L'avenir de l'éléphante Anne fait débat outre-Manche. Exploitée par un cirque pendant 55 ans, la...

Rescapée d'un cirque, cette éléphante vit seule dans un zoo depuis 10 ans

« L'éléphante la plus seule de Grande-Bretagne » va-t-elle rejoindre le sol français ? C'est en tout cas ce que réclame l'ONG britannique Action for Elephants UK (AfE UK), proposant de transférer la pachyderme vers le sanctuaire Elephant Haven situé dans le Limousin, un lieu prévu pour accueillir des éléphants rescapés des cirques et des zoos en Europe. Les défenseurs des animaux y verraient une opportunité d'offrir à l'éléphante un climat plus doux, un terrain arboré, et surtout la compagnie de congénères pour lui faire rompre avec la solitude qui la ronge. Car depuis sa saisie chez un circassien reconnu coupable de maltraitance animale – qui l'exploitait depuis 55 ans pour des spectacles – et son transfert au parc zoologique de Longleat au sud-ouest de l'Angleterre, Anne – aujourd'hui âgée de 60 à 70 ans selon les estimations – n'a jamais pu côtoyer d'autres membres de son espèce.

« Aucun éléphant ne devrait être livré à lui-même, ce sont des animaux sociaux, plaide Maria Mossman, la fondatrice de AfE UK, interrogée par la BBC (8/01/2021). A ce stade, ce serait pour Anne la dernière chance d'être dans un sanctuaire. Nous voulons que le parc de Longleat lui offre cette chance. » Si les conditions actuelles de détention de l'éléphante ont été jugées satisfaisantes par les autorités lors d'une inspection en 2018, les défenseurs des animaux déplorent que la pachyderme ne puisse pas profiter de son bassin de nage, dont l'eau serait trop froide, ainsi que l'absence d'arbres dans son petit enclos ou encore le passage de véhicules à proximité. « Nous n'avons jamais exclu de la transférer ailleurs si un lieu de vie convenable était trouvé. Toutefois, une telle décision doit être basée uniquement sur ses besoins spécifiques et son bien-être, affirme un responsable du zoo dans The Independent. Il s'agit d'une éléphante très âgée, avec des pathologies pré-existantes et d'autres liées à la vieillesse qui ne vont pas en s'arrangeant. »

D'autres exemples de transferts de pachydermes

Autre inquiétude exprimée par l'établissement zoologique, celle de la mise en contact de l'éléphante avec des congénères, périlleuse selon eux. « Il y a un fort risque que des éléphants plus jeunes et plus dominants représentent un danger physique pour Anne du fait de sa mobilité réduite en raison de l'arthrite », prévient le représentant du zoo. A noter toutefois que la pachyderme serait, si elle devait rejoindre la France, la toute première pensionnaire du sanctuaire Elephant Haven European Elephant Sanctuary (EHEES) : « Actuellement il n'y a pas encore d'éléphants à EHEES, mais nous sommes prêts à accueillir trois éléphants femelles », précisent les fondateurs sur leur site web. « Si Anne devait rejoindre le sanctuaire maintenant, elle aurait tout l'espace pour elle seule, ce qui lui donnerait le temps et la confiance de s'adapter à son nouvel environnement et à ses soigneurs avant l'arrivée d'autres éléphants, ajoutent-ils par communiqué. La sociabilisation (...) sera faite au rythme de chaque éléphant (...) avec le choix de rester ensemble ou séparés. »

Répondant aux craintes exprimées par le personnel du zoo, l'ONG britannique réclame en premier lieu une évaluation de la santé de l'éléphante par un vétérinaire indépendant afin d'éclairer une éventuelle décision de déplacement. Si le sort de la vieille éléphante est donc loin d'être décidé, d'autres pachydermes « solitaires » ont récemment fait l'objet de transferts vers des sanctuaires à l'étranger, à l'instar de Kaavan, surnommé « l'éléphant le plus seul du Pakistan » envoyé dans un sanctuaire au Cambodge sous l'influence d'une mobilisation internationale menée par l'ONG Four Paws, partenaire de la Fondation 30 Millions d'Amis.