"Une année de travail perdue": le vignoble alsacien décimé par le mildiou

"C’est comme sur un champ de bataille, on compte les rescapés": dans ses vignes plantées sur les hauteurs d'Obermorschwihr (Haut-Rhin), Stéphane Bannwarth tente de sauver ses raisins des ravages du mildiou, et s'inquiète déjà pour sa récole 2022. "Ici c'est le dernier endroit où il devrait y avoir un impact fort de mildiou: on est en haut de coteau, loin de la forêt, en plein vent, il n'y a pas d'humidité naturelle", témoigne le vigneron de 55 ans, dont le domaine est installé sur les premières collines du massif des Vosges. Pourtant, il suffit de faire quelques pas dans les rangs pour que les dégâts sautent aux yeux: les feuilles sont flétries, noircies, et les raisins ont séché pour former de minuscules petites boules noires, quand ils ne sont pas tout simplement tombés.

"Une année de travail perdue": le vignoble alsacien décimé par le mildiou
"C’est comme sur un champ de bataille, on compte les rescapés": dans ses vignes plantées sur les hauteurs d'Obermorschwihr (Haut-Rhin), Stéphane Bannwarth tente de sauver ses raisins des ravages du mildiou, et s'inquiète déjà pour sa récole 2022. "Ici c'est le dernier endroit où il devrait y avoir un impact fort de mildiou: on est en haut de coteau, loin de la forêt, en plein vent, il n'y a pas d'humidité naturelle", témoigne le vigneron de 55 ans, dont le domaine est installé sur les premières collines du massif des Vosges. Pourtant, il suffit de faire quelques pas dans les rangs pour que les dégâts sautent aux yeux: les feuilles sont flétries, noircies, et les raisins ont séché pour former de minuscules petites boules noires, quand ils ne sont pas tout simplement tombés.